Merci !

Le monde, la course, le succès, la brillance, l’ivresse devant la réussite, prendre…Prendre, tant que j’ai pris j’ai réussi, depuis que je donne, mon existence semble ne devoir etre qu’une longue et lancinante chute vers tous les enfers de la vie…Il faut continuer à avancer en portant en soi cette curieuse et désespérante impression de devoir se demander que n’ai je perdu à vouloir quitter l’égotisme ? Une vie, une carrière, un corps, une santé, ma sécurité, tout, j’y ai tout perdu, mais après tout, le monde est le monde, la vie est la vie, lutter pour gagner, tuer ou etre tué…La lutte est finie, je n’ai pas gagné alors…!

Alors…Alors non, cette impression est une facilité de l’esprit, une illusion un peu lache, elle est fausse, je n’y ai rien perdu et rien ne m’a tué, au contraire, j’y ai gagné des choses essentielles et tout m’a appris, appris à donner, mon temps, mon attention, ma bonne volonté et mon courage, appris à voir, à entendre, à comprendre, un jour il a fallu saisir une main qui commençait à ne plus savoir, il a fallu soutenir un regard qui commençait à ne plus etre perçant, un jour il a fallu répondre devant le spectacle d’une faiblesse naissante et retrouver quelque chose que l’on a plus le temps de voir, que l’efficacité, la rentabilité s’ingénient à nous faire oublier, une chose simple et belle que l’on peut qualifier en deux mots, la bienveillance et l’humanité…!

Presque du jour au lendemain n’existent plus qu’une main, un regard qui vous disent merci, une main, un regard perdus au delà des mots, au delà du monde, de sa course, de ses conventions, qui vous disent tu es là, un sourire, un lien qui s’exprime, une émotion bete et sublime qui vous prend, une humanité perdue, folle qui s’adresse à vous et pourtant toute la vérité du monde est là, dans un regard qui ne sait plus, une main qui ne sait plus, qui n’appelle que votre bienveillance, qui n’appelle qu’une chose, l’humanité…!

L’humanité, tout ce qui nous fait et que pourtant souvent l’on veut ignorer, l’humanité, notre sensibilité naturelle devant ces petites choses que nous offre le monde, la vie, ces bonjours, ces sourires qui parfois nous sauvent la vie, ces petits instants de grace qu’au nom de la brillance on détourne de nous les qualifiant de clichés, cette bonté que l’on porte en nous et que l’on n’ose pas, que l’on n’ose plus exprimer, mieux vaut paraitre ignoble qu’idiot…!

L’humanité, elle est belle pourtant cette humanité, ce lien qui existe entre nous tous, il est fondamental ce lien qui nous fait préférer le sourire, la parole au silence, qui quand on croise une personne en difficulté au bord d’une route nous invite à l’aider plutot qu’à l’achever, aider, ce mot devenu presque une insulte alors qu’il est ce qu’il y a de plus précieux au monde, il est dire tu n’es pas seul, il est dire tu existes et vaux beaucoup, il est une assistance concrète ou un simple sourire, mais il est tout ce mot…!

Il est cette reconnaissance et cette compréhension de l’autre comme étant semblable, il est cette empathie naturelle qui dit que ses émotions sont nos émotions, qui nous fait reconnaitre sa souffrance, la ressentir comme si elle était en nous, elle est reconnaitre que cette souffrance étrangère ne l’est pas, qu’elle est notre propre souffrance, comme sa joie sera notre joie, cette empathie qui est en nous, qui nous fait, cette empathie qui nous fait hommes, ressentir, aider, c’est etre, je pense donc je suis, sans doute, je ressens, je comprends, j’aide, donc je suis, surement…!

Aider, etre à l’écoute, comprendre et préférer la confiance à la défiance, qu’est t’on sans cela ? Un « winner »…? Oui, sans doute et après tout dans une autre vie et dans un style qui n’était qu’à moi, je l’ai été et c’est vrai que l’on est riche, mais de quoi…Riche de quoi quand finalement on n’a jamais échangé avec quelqu’un, regardé quelqu’un, quand finalement on n’a jamais voulu comprendre autre chose que soi meme ? De son vide, on n’est in fine riche que de son propre vide, ce vide qui vous fait courir d’un boulot à l’autre, d’une ville à l’autre, d’une conquete à l’autre, d’une vie à l’autre…Jusqu’à ce qu’un regard perdu vous dise qui es tu…?

Ce regard, il vous force à chercher en vous, il vous force à ne plus avoir peur, à ne plus vous cacher, à ne plus fuir, si à un moment il vous aveugle, il embue votre regard, il vous rend plus fort, de cette force qui sait reconnaitre et admettre enfin ses faiblesses, ce regard qui ne sait plus quoi dire, il lit, il voit en vous, il vous oblige à changer, il vous apprend et vous fait apprendre, il vous bouscule pour que vous parveniez à la sortir des tréfonds de votre ame cette humanité, cette sensibilité qui dormait, qui n’osait pas, qui n’osait pas dire, qui n’osait pas ou trop peu aller vers les autres, se tourner vers l’autre par pudeur, par fierté, par peur ou je ne sais quelle autre mauvaise raison…!

Et pourtant que le monde devient différent quand on le regarde avec une totale confiance et une pleine bienveillance, non pas de la naiveté mais une envie et meme une passion de la vie et des autres portée par l’espoir et la fougue du vent de l’humanisme, il se peuple de tas de choses que vous ne voyiez meme pas, d’attentions, de sourires, d’actes discrets et pourtant héroiques, chaque rencontre meme la plus brève devient une curiosité, un enseignement, toute solitude n’existe plus, la bonté, l’humanisme n’est plus un mot, il est la vie, meme les paysages prennent du relief, ils deviennent sensibles, poetiques, ce regard vous fait naitre à vous meme, il vous rend votre ame, il vous fait etre, ce regard qui finalement ne vous dit qu’une chose, merci…!

Merci, ce mot que parfois on emploie mécaniquement, par politesse, sans trop y preter attention et qui pourtant est si beau, si dense quand il exprime le plus fort de sa signification, quand il revient à son origine de grace et de miséricorde, quand il englobe toute la reconnaissance que l’on a pour quelqu’un, merci, il n’est pas juste politesse, il est lui aussi ce lien humain, il est lui aussi ce partage, faire du bien et se faire du bien, donner et recevoir, il est beau et émouvant ce mot, quand un regard vous le dit, c’est vous qui lui dites merci…!

Oui il est beau ce mot et je voudrais le dire à quelqu’un qui m’a inspiré ces mots, des mots qui lui conviennent bien mieux qu’à moi à qui il aura fallu la violence et le cataclysme d’une maladie pour prendre conscience de ces valeurs, de cette beauté de la vie qui si elles me sont devenues fondamentales, ne l’ont pas toujours été, quelqu’un chez qui ces valeurs sont naturelles, une personne qui simplement, instinctivement porte en elle cet amour de la vie, cet interet, cette empathie pour les autres, cette sensibilité qui font la richesse d’une humanité et la beauté d’une ame, quelqu’un que le destin m’a donné la chance de rencontrer et qui a continué de m’ouvrir les yeux, une personne dont toute la joie, la force, le courage et l’énergie sont tournés vers les autres, l’aide et le bien qu’elle peut leur apporter jusqu’à oublier sa propre fatigue, oui, je voudrais le dire à quelqu’un qui plus que tout autre le mérite, merci !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s